Daloa – L’organisation Top Innovation (TOP’INN) a procédé, mercredi 22 mai 2024, à Daloa, au lancement de la 5è édition de son projet de formation de femmes et de jeunes filles en technologie, en communication audiovisuelle et en design industriel.

Une conférence inaugurale sur les opportunités d’insertion professionnelle et les possibilités de création de valeur qu’offrent les technologies numériques a marqué le lancement de ce projet dénommé « Whomen’s Hope 2.0 ».

Spécialisée en éducation-formation, développement du potentiel et égalité du genre, TOP’INN ambitionne de former, pour cette 5ème édition de son projet, 450 femmes et jeunes filles aux métiers de « spécialiste en développement numérique », « réalisatrice audiovisuelle » et « décoratrice d’intérieur 3D ».

A l’issue des quatre précédentes éditions, l’organisation en a formé 370, aidé 35 parmi elles à trouver un emploi et accompagné 25 autres à créer leurs propres entreprises.

Les formations se dérouleront un mois à Abidjan, à Bouaké et à Daloa où 150 auditrices devraient en bénéficier. Les bénéficiaires seront ensuite suivies durant un autre mois pour un accompagnement et un coaching à la réalisation de leurs différents projets professionnels.

Les femmes et jeunes filles ainsi formées développent des compétences « pour se vendre sur le marché de l’emploi, pour entreprendre ou pour améliorer leur employabilité », a assuré le responsable TOP’INN, Romain Patrick M.

Le projet Whomen’s Hope 2.0 vise à parvenir à l’égalité des sexes et contribue à l’autonomisation de la femme. En cela, il s’intègre dans le plan national de développement et s’aligne sur les objectifs de développement durable.

Selon TOP’INN citant le Fonds monétaire international, environ 26 millions de femmes dans 30 pays courent un risque élevé de perdre leur emploi au cours des 20 prochaines années en raison des progrès technologiques.

La probabilité que les emplois occupés par des femmes soient automatisés aux termes de ces deux décennies est de 70 %, ce qui représente 180 millions d’emplois dans le monde, ajoute l’organisation.