Niamey, 12 mai (ANP) – La Directrice de cabinet adjoint en second du Premier Ministre Mme Hadari Zeinabou, a parrainé ce vendredi 12 mai 2023 dans les locaux du collège Mariama, l’ouverture d’un panel à l’endroit des étudiants de ladite école, sur le thème « femme et développement ».

C’est le Réseau des Journalistes pour les Droit de l’Homme (RJDH), en partenariat avec l’ambassade de France et le Haut-commissariat des Nation Unies pour les Droits de l’homme, qui a organisé ce panel dans le cadre de la célébration de la Journée nationale de la femme nigérienne célébrée chaque 13 mai.

L’objectif de cette rencontre est d’encourager les élèves a non seulement promouvoir les droits humains mais aussi et surtout magnifier la femme en cette occasion spéciale.

A l’entame de ses propos, M. Maidaji Mahamadou, conseiller principal du Premier ministre, représentant du parrain de la cérémonie a rappelé que ‘’ les femmes nigériennes avaient brisé le silence et battu le pavé pour exiger plus de sièges au sein de la commission Nationale préparatoire de la Conférence nationale’’.

‘’ C’était un combat exaltant pour les droits des femmes à prendre toute leur part dans la vie de la société, les femmes avaient compris que le destin du pays ne peut pas se concevoir sans elles, elles qui représentent plus de la moitié de la population’’ a-t-il ajouté.

Il a aussi précisé que ‘’ chaque année, un thème est dédié à cette journée pour orienter les actions des différents acteurs sur une même dynamique en vue d’une contribution efficace à la promotion des droits de la femme’’.

Le thème retenu cette année est ‘’ femme et développement, en effet il rappelle à tous que le développement d’un pays ne concerne pas que les hommes, mais c’est l’affaire de tous ses composantes humaines’’.

A cet effet a-t-il poursuivit ‘’ le RJDH avec ses partenaires, en décidant d’organiser un panel suivi de prestation culturelle, entend apporter sa contribution dans le cadre de la promotion et la protection des droits humains en général et  ceux de la femme en particulier’’.

En effet, ajout-il ‘’ la scolarisation des filles est un élément essentiel de leur accès à l’autonomie économique et un enjeu majeur de développement, par l’éducation les filles, on  gagne en connaissance et en compétence, et peuvent ainsi participer activement au développement du pays ‘’.

Il a tenu également dans ses mots de conclusion, à exhorter aux jeunes filles à travailler, à aller vers l’excellence pour devenir des véritables leaders et actrices de développement.

Auparavant la Secrétaire Générale du RJDH Mme Aichatou wakasso a tenu à rappeler l’historique du 13 mai 1991 où les femmes nigériennes, ont réclamé et obtenu une plus grande représentativité au sein de la commission préparatoire de la conférence nationale souveraine tenue du 29 juillet au 3 novembre 1991.

Le choix du collège Mariama pour cette édition 2023 et une manière de ‘’ provoquer chez les élèves, une prise de conscience et un engagement individuel et collectif pour la promotion et la protection des droits humains, notamment ceux des femmes’’.

‘’ Insuffler les valeurs de la société aux jeunes générations, permettre aux élèves de diffuser des messages sur la promotion des droits humains, particulièrement ceux de la femme par une mise en avant des opportunités qui s’offrent à elles’’ a déclaré la secrétaire générale du RJDH.

‘’ Partager avec les élèves le parcours de certaines femmes leaders qui se sont démarquées d’un point de vue scolaire et professionnel, des messages sur la promotion et la protection des droits humains, notamment ceux des femmes sont diffusées aux élèves’’.

Le représentant du Haut-commissariat des Nation Unies pour les Droits de l’homme, M. Omer Kalameu, dans son discours lu à cette occasion, a livré ses sentiments les plus distingués ‘’ d’être parmi les invités dans les locaux de cet établissement pour célébrer la journée nationale des droits de la femme nigérienne.

‘’ La célébration de cette journée est pour nous l’occasion de féliciter le gouvernement du Niger pour les efforts sans relâche qu’il fournit dans le but de promouvoir et de protéger les droits humains en général et ceux des femmes et des filles en particulier’’.

Il a, à cette occasion, eu une pensée à toutes les femmes et filles qui vivent dans les zones fragilisées par les conflits, ainsi que toutes les femmes laissées en marge de la société en raison de leur faible capacité économique, de leur situation de handicap et de toutes autres situations.

‘’ Nous allons saluer la vaillance de toutes ses femmes qui sont dans un environnement aussi rude marqué par ailleurs, par les effets néfaste des changements climatiques, il est un devoir pour chacun et chacune de nous de donner de la lumière et de l’espérance à ces cœurs assombris par tant de problèmes et d’incertitudes’’

‘’ Nous pouvons y arriver et la déclaration universelle des droits de l’homme constitue un puissant outil sur lequel nous pouvons nous appuyer pour faire de tout cela une réalité’’ a-t-il fait savoir.

La Déclaration Universelle des droits de l’homme, qui constitue « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations », sert de modèle mondial pour les lois et les politiques internationales, nationales et locales et de fondation pour le programme de développement durable à l’horizon 2030.

La Directrice du collège Mariama Mme Sadou Odile Douramane a dans son mot de bienvenu rendu un hommage mérité au RJDH et à ses partenaires, pour cette initiative louable, et le choix du collège Mariama pour abriter les activés rentrant dans le cadre de célébration de la journée nationale des droits de la femme nigérienne.

La directrice de ladite école a tenu également à  présenter le collège Mariama et son effectif qui est de 1943 élèves dont 1700 filles de la 6e  à la terminale.

 ‘’ Au sein de notre établissement, nous sommes attachés à tout ce qui concerne les droits humains, c’est pourquoi nous avons élaboré depuis 2017 un code de conduite pour régir les relations interpersonnelles ’’ a-t-elle fait savoir.

Elle a enfin invité les élèves à suivre avec intérêt les interventions des différents panélistes.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Rapporteur général de la CNDH, de la Chargée de mission, justice, droits humains et stabilisation de l’ambassade de la France au Niger, Mme Arnal Victoria, des différents panelistes ainsi que des élèves du collège Mariama et de plusieurs autres invités.