Nations Unies – L’Assemblée générale des Nations Unies vient de proclamer 2026 année internationale des agricultrices, jugeant essentiel de soutenir ces femmes en vue d’accélérer la transition vers des systèmes agroalimentaires plus durables.

Dans une résolution adoptée jeudi à l’initiative des Etats-Unis, l’instance onusienne invite tous les États membres, les organismes des Nations Unies, les organisations internationales et régionales et la société civile à célébrer cette année pour sensibiliser aux difficultés auxquelles se heurtent les agricultrices dans les systèmes agroalimentaires.

Il s’agit aussi de braquer les projecteurs sur les initiatives, les politiques et les mesures qui peuvent être prises ou sont prises pour remédier à ces problématiques et parvenir à l’égalité des genres et à l’autonomisation de toutes les femmes dans le secteur de l’agriculture.

Dans ce cadre, la résolution relève que les progrès accomplis sur la voie des objectifs de développement durable, notamment ceux relatifs à élimination de la pauvreté et de la faim, et la promotion de l’agriculture durable ont été freinés, en partie en raison des récents chocs et facteurs de stress mondiaux qui aggravent les inégalités de genre dans l’ensemble des systèmes agroalimentaires.

De même, le texte note avec préoccupation que l’accès des agricultrices notamment aux ressources productives, aux actifs et aux services, y compris la terre, la formation, le renforcement des capacités, le crédit et la technologie, varient considérablement d’un pays et d’une région à l’autre.

Pour l’AG de l’ONU, il est important de promouvoir l’autonomisation économique des femmes rurales en leur permettant d’exercer leur droit au travail et en renforçant leurs capacités et leurs compétences en matière de gestion des entreprises et des coopératives.

Il est question aussi, selon la résolution, de faciliter leur intégration dans le secteur formel et d’assurer leur inclusion financière et numérique, ainsi que l’égalité d’accès aux ressources naturelles, productives et économiques.