Niamey – Au Niger, seuls 28,7% des enfants de 0-6 mois sont allaités exclusivement au sein contre 71% qui ont reçu outre le lait d’autres substances, selon des statistiques rendues publiques en 2019 par le ministre de la santé publique.

En dépit des avantages et des bénéfices qu’elle présente non seulement pour l’enfant, la mère mais aussi pour le service de santé et l’économie, la pratique butte contre des croyances, des traditions et un déficit d’information, note-t-on, dans les milieux de professionnels de la sante.

’Les avantages et les bénéfices de l’allaitement maternel pour le bébé sont la couverture des besoins alimentaires, la protection contre les infections (diarrhées bactériennes ou virales) l’otite, l’angine, l’infection respiratoire aigüe, la prévention de la vie azotique allergie, la prévention de risque cardiovasculaire, la prévention des maladies inflammatoires du tube digestif (RCH, Chron), le développement psycho-affectif et neurocognitif et la prévention nécrose intestins du prématuré’’, ‘fait savoir Dr Rakaya Mounkaila, pédiatre.

‘’ Le lait maternel est composé de protéines, de sucres et de tous les types de gras dont votre bébé a besoin, il contient aussi entre autres des acides gras oméga-3 qui contribuent au développement de son cerveau et de sa vision’’, renseigne en plus la professionnelle.

Et le médecin d’ajouter que ce lait est également riche en minéraux et en vitamines avec des concentrations plus élevées de vitamines A, E et K que le lait maternel mature ; le colostrum contient aussi un pourcentage supérieur de protéines.

Bien plus, l’allaitement permet ‘’la réduction de risques de transmission de certaines maladies (hépatite B, VIH, contamination par de substances toxiques, drogue, café, médicaments amphétamines) sans compter qu’il procure des avantages pour la mère – rétraction de l’utérus, protection contre risque d’infection après la grossesse, réduction de dépression puerpérale, professe-t-elle, notant que cette pratique joue dans le rôle de contraceptif naturel, favorise la perte de poids, réduit des maladies, raffermit les liens psycho-affectifs mère-enfant’’.

Dr Rakaya Mounkaila conseille que, ‘’l’allaitement maternel est la forme la plus naturelle et la plus sûre d’allaiter un enfant en bas âge, l’allaitement permet une récupération plus rapide après l’accouchement, il produit une hormone qui réduit le risque d’infections’’.

Pour sa part, Mme Abdoul Aziz, sage-femme souligne que ‘’l’allaitement contribue à une croissance et à un développement en bonne santé, en protégeant les enfants pendant les deux premières années cruciales de la vie, mais aussi plus tard et il est également bénéfique pour les mères, en faisant baisser le risque de cancer de sein, le cancer de l’ovaire et le diabète’’.

‘’L’allaitement maternel protège également la mère contre le cancer du sein. Il a aussi l’avantage évident, quoique moins souvent cité, d’être complétement gratuit ! L’allaitement aide également à la perte de poids après l’accouchement, les avantages à long terme sont moins bien prouvés’’, a-t-elle relevé.

Enfin, la sage-femme a rappelé que, ‘’la femme qui n’allaite pas aura son retour de couche générale 6 semaines environ après son accouchement alors qu’une femme allaitante peut rester des mois voire des années sans règles et ce qui d’ailleurs diminue les risques d’anémie’’.

Mme Balkissa Ali, mère de deux enfants habitant dans le quartier koubia, semble nettement moins convaincue par l’allaitement maternel, ‘’moi, je leur donne des décoctions de plantes que je mélange au bicarbonate de soude. C’est de la médicine traditionnelle ; j’ai vu mes parents et mes grands-parents le faire ça tonifie le corps des enfants et ça les protège’’, assure-t-elle, même si, elle admet à voix basse, que ses enfants « tombent souvent malades par des maux de ventre et diarrhées.

Auparavant, Mme Tawrat Ousseina, résidante à Niamey2000, affirme que, ‘’sa fille est née prématurément à 36 semaines de grossesse, heureusement, elle était en bonne santé, mais je craignais qu’en raison de sa prématurité, elle soit plus susceptible de contracter davantage des maladies ou des infections que si elle était née à terme’’.

Cependant, ‘’c’est à ses premiers mois que j’ai commencé à comprendre à quel point l’allaitement maternel avait un impact positif sur mon enfant’’, précise-t-elle en confirmant qu’elle a remarqué qu’à chaque fois que ‘’j’allaitais, mon enfant est protégé contre les maladies, mon lait s’épaississait et prenait une couleur plus foncée’’.

‘’Mon médecin m’a expliqué que ce lait contenait davantage d’anticorps afin de combattre la maladie, j’ai été étonnée que mon lait puisse changer autant, non seulement en fonction des besoins caloriques de ma fille, mais aussi de ses autres besoins en matière de santé’’.

Pour Mme Tawrat, ‘’mis à part ces avantages, je pense que l’allaitement a créé un lien incroyable entre ma fille et moi, c’est devenu plus qu’une source d’alimentation, mais aussi de confort et de confiance et je crois que le temps que j’ai passé à la tenir près de moi pendant que je l’allaitais l’a aidée à se sentir en sécurité, aimée, et à renforcer notre lien mère-enfant’’.