Grand Lahou, 12 déc 2021 (AIP) – Des femmes du département de Grand Lahou (Sud, région des Grands ponts) ont marché, pour protester contre les cas de plus en plus récurrents de violences sexuelles sur les jeunes filles du département.

« Nous avons exprimé notre mécontentement face aux nombreux cas de viol sur de jeunes élèves, la cible privilégiée », a indiqué la directrice départementale du ministère de la Promotion de la jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique de Grand Lahou, Yapo Affouë Marie France.

Les femmes ont marché de la brigade de gendarmerie à la préfecture où elles ont lu une motion de protestation. Ce phénomène inquiétant de viols d’élèves serait le fait de conducteurs de taxi-motos, d’après de nombreux témoignages.

L’enseignant d’un établissement privé de la commune, Sery Kpa, a relevé le cas d’une de ces élèves. « J’ai retrouvé mon élève de 15 ans en classe de Troisième qui a passé trois mois avec un conducteur de taxi dans la brousse. Avec son courage, la fillette a réussi à s’enfuir pour rentrer à la maison, pendant un moment d’inattention de son bourreau », a expliqué M. Sery.

Selon l’enseignant, ce conducteur de taxi-motos aurait déjà commis son forfait sur trois filles, toutes des élèves, qui ont rendu des témoignages.

L’élève Avit Sopie Denise, a expliqué que les jeunes filles sont, généralement, enlevées sur le chemin de l’école. « Un conducteur de taxi-motos a conduit ma cousine, en classe de Quatrième, après les cours de l’après-midi, dans une maison inachevée pour abuser d’elle », a raconté Mlle Avit.

Le secrétaire général de préfecture, Yao Koffi Michel, a rassuré les femmes protestataires, en soulignant que des mesures ont été prises afin de mettre la main sur les auteurs d’agressions sexuelles.